Instruments

Toques de berimbau

Entrée des instruments


Chants : Ladainhas

B-A BA do berimbau

Quando eu aqui cheguei

Periquito tem bico torto

Lagartixa na parede

Dona Isabel


Chants : Corridos

Caranguejo apressado

Quem vem lá

Meu atabaque

Quando eu morrer

Adeus Santo Amaro

A canoa virou


Samba de roda

Toque de samba

Sereia, sereia

Seu guarda civil não quer


Ecouter

Alex Muniz (de João Pequeno) chante la ladainha Dona Isabel :

Cette ladainha fait référence à l’abolition de l’esclavage au Brésil, officiellement promulguée par la princesse Isabel le 13 mai 1888.
Pour les angoleiros, cette date n’est pas célébrée car elle ne s’est pas traduite par la fin de la discrimination à l’égard du peuple noir afrodescendente (descendant d’africain).
A l’inverse, la date qui est commémorée est celle du 20 novembre, dia da consciencia negra (jour de la conscience noire). Cette date fait référence à la résistance menée par Zumbi à la tête du Quilombo dos Palmares (un quilombo est une communauté d’esclaves en fuite).
Cette ladainha reste d’actualité et rappelle la nécessité, aujourd’hui encore, d’en finir avec tous les racismes, toutes les oppressions, toutes les injustices. La capoeira angola se veut un instrument d’éducation populaire et de résistance culturelle face aux discriminations.
Dentro da roda, brancos e negros se abraçam e jogam juntos. E a fora ?


Dona Isabel (M. Toni Vargas)

Dona Isabel que historia é essa De ter feito abolição De ser princesa boazinha que acabou com a escravidão ?

Estou cansado de conversa,
estou cansado de ilusão.

Abolição se fez com sangue
que inundava esse pais.
Que o negro transformou em luta
cansado de ser infeliz.

Abolição se fez bem antes,
ainda por se fazer agora,
com a verdade das favelas,
não com a mentira da escola.

Dona Isabel chegou a hora
de se acabar com essa maldade,
e de ensinar para nossos filhos,
O Isabel, o quanto custa a liberdade.
Viva Zumbi nosso guerreiro,
Que fez-se herói lá em Palmares.
Viva cultura desse povo,
a liberdade verdadeira,
que já corria nos quilombos,
que já jogava capoeira,
Camaradinha,
Iê viva Zumbi
Iê a liberdade
Iê viva meu mestre
Iê quem me ensinou
...

Dona Isabel qu’est cette histoire D’avoir fait l’abolition D’être une gentille princesse Qui aurait terminé l’esclavage ?

Je suis fatigué des discussions,
je suis fatigué des illusions.

L’abolition s’est faite avec du sang
qui a inondé ce pays.
Que le Noir a transformé en lutte
fatigué d’être malheureux.

L’abolition s’est faite bien avant,
et elle reste encore à faire,
avec la vérité des favelas,
pas avec les mensonges de l’école.

Dona Isabel l’heure est arrivée
d’en finir avec cette perversité,
et d’enseigner à nos enfants,
O Isabel, combien coûte la liberté.
Vive Zumbi notre guerrier,
Qui est devenu un héros à Palmares.
Vive la culture de ce peuple,
la liberté véritable,
qui existait déjà dans les quilombos,
qui jouait déjà la capoeira,
Camaradinha,
Iê vive Zumbi
Iê la liberté
Iê vive mon maître
Iê qui m’a enseigné
...